La dentelaire de Chine

Cette plante tapissante et très rustique dans la zone des garrigues du Gard est dans la famille du plumbago (Ceratostigma plumbaginoides de son nom botanique). Facile, sans grand entretien, pas exigeant en termes de sol et de soleil, la dentelaire n’aime pas malgré tout l’été infernal de 2022. Comme bien d’autres essences, la plante doit…

Lagerstroemia en juillet

La météo de juin et de juillet 2022, dans l’arrière-pays Nîmois, a été infernale. En juin, près de 30° C presque tous les jours. En juillet entre 35° et 40° C presque tous les jours. Il est tombé 6 mm de pluie le 8 mai. Ensuite rien, à part une vague ondée mouillant à peine…

La fleur araignée

Le cléome spinosa est une vivace dans les pays chauds mais une annuelle facile à vivre dans le Gard. Obtenu assez facilement de semis, il fleurit longtemps à partir de juin. Dans les jardins de l’Uzège, c’est mieux de le garder en pot pour surveiller l’arrosage et pour favoriser une longue floraison. Mais dès les…

Un jour, c’est tout

Le tigridia pavonia, natif d’Amérique Centrale, peut se cultiver dans le Gard. J’ai mis quelques bulbes dans un pot que je garde hors terre et hors serre toute l’année – même l’hiver de 21-22 qui était plus frais que d’habitude. Au solstice d’été – une fleur parait. Elle dure à peine 12 heures. Si on…

Bientôt les agapanthes

Floraison promise pour le début juillet. Mais en bourgeon pour l’instant. Fin juin, la floraison est là.

Le démarrage des glaïeuls

Le 29 juin 2019 à 16 h à l’ombre, il a fait 44 C. Un record pour l’arrière pays Nîmois. Mais chaleur écrasante et sécheresse sont à nouveau présentes cette première quinzaine de juin 2022 Quarante degrés C en seconde semaine. Puis vint les incendies de foret – à la Bouscarasse près d’Uzès en particulier….

L’arbre aux bonbons

Cet arbuste, peu planté dans notre région, porte de curieuses petites baies rouge-violet à partir du milieu de l’été. Le nom botanique : le callicarpa. Autrefois classé avec les verbénacées, l’on considère aujourd’hui que l’arbuste est dans la famille des lamiacées – donc un cousin des lavandes, des nepetas, des sauges, ou le thyme. Les…

Les hortensias en juin

Ces fleurs attirent l’admiration de tous, et surtout dans la garrigue Gardoise, où le calcaire affleurant les empêche de bien réussir en pleine terre. En matière de fleurs, on veut souvent ce qu’on ne peut pas raisonnablement avoir.

Tradescantia de virginie

La trandescantia de viriginie, illustrée ici, est une plante vivace de pleine terre dont les feuilles disparaissent en hiver. Les fleurs, plutôt discrètes sont d’une grande beauté vue de près. A ne pas confondre avec la tradescantia pallida (la misère pourpre), plus connue, et souvent plantée dans les jardinières.

La spirée du Japon

La spiraea japonica n’est pas tout à fait à l’aise dans la plaine gardoise. Le soleil, il aime mais l’humidité aussi. Lui accorder le soleil du matin, moins l’après-midi.

Le kiwi

Dans la plaine gardoise, le kiwi fleurit, mais peine à faire des fruits. Il n’aime ni la chaleur intense, ni les vents desséchants.

L’acanthe

Au sommet d’une colonne de l’ordre de Corinthe ou dans la mythologie grecque, l’acanthe est omniprésent en Europe et très à l’aise dans le Gard, en autant qu’il a un peu d’ombre. Très en feuille en hiver, fleuri au début de l’été, il disparait en juillet pour revenir dès les journées fraiches de l’automne.